L'option
RÉUSSITE

image01

L'option
RÉUSSITE

image02

L'option
RÉUSSITE

image02

Exploitation agricole

XIXème, début XXème : Tuilerie puis distillerie de Tart-le-Bas ;

1953 : Fin de la distillerie, l’exploitation de la ferme se poursuit : productions betteravière, céréalière et élevage bovin lait puis allaitant ;

1977 : Rachat de la ferme par l’État et le Conseil général de Côte d’Or ;

2007 : Fermeture de la sucrerie d’Aiserey. Épilogue de près de 200 ans de production betteravière dans la plaine de Dijon.

ferme

Grandes cultures et élevage charolais ;sans-titre4

SAU : 173 ha dont 111 ha de terres arables

62 ha de prairies permanentes

30 ha de betterave sucrière jusqu’en 2007.

Des productions très diversifiées :

  • 9 espèces cultivées en 2015, 5 familles végétales,
  • Prairie temporaire assolée riche en légumineuse,
  • Part des légumineuses conséquente.

Production intégrée en grandes cultures

  • Privilégier l’agronomie par rapport à la lutte chimique
  • Bâtir une stratégie pluriannuelle de gestion des bioagresseurs

Mixité grandes cultures/élevage

  • Production de compost
  • Valorisation des fabacées (légumineuses)

Valoriser la biodiversité

  • Plantations, bandes enherbées
  • Recensement et étude d’auxiliaires de culture

Principes agronomiques mobiliséssans-titre7

  • Rotation des cultures
  • Travail du sol : alternance labour/non-labour, faux-semis, déchaumage
  • Atténuation en culture :
  • Variétés tolérantes voire résistantes aux bioagresseurs
  • Retard des dates de semis
  • Solutions de rattrapage :
  • Désherbage mécanique
  • Lutte biologique

Rotation allongée et diversifiée

Diversification des dates de semis

Diversification des familles végétales cultivées

Rupture des cycles de multiplication des adventices

Fertilité chimique du sol

Introduction de fabacées

Fourniture d’azote « gratuit » aux autres cultures

Moindre dépendance aux engrais azotés de synthèse

Assolement 2016/2017 :

sans-titre5

Le troupeau charolais est composé de 65 vaches allaitantes qui ont accès à 73 ha de SFP (Surface Fourragère Principale).

Conduit depuis plus de 30 ans en insémination artificielle (IA), le cheptel est composé d’animaux de très bonne valeur génétique. Ce travail de sélection permet la réalisation d’une activité de vente de reproducteurs. Ce débouché concerne principalement une dizaine de mâles de 1 an à 18 mois mais il est régulièrement renforcé par la commercialisation de vaches suitées.

Des animaux de boucherie sont, par ailleurs, vendus selon deux filières : la filière traditionnelle — commercialisation par le groupement de producteurs — et le circuit court. Ainsi, la viande de 8 jeunes femelles environ est proposée en vente directe, conditionnée sous forme de colis de 10 kg. Chaque colis contient un assortiment des différentes pièces de boucherie.

vache_pieces_boucher

Le système fourrager est fondé sur la valorisation de l’herbe sous forme de pâturage, à la belle saison, et sous forme de foin, pendant l’hiver. La ration est complémentée par des concentrés, en grande partie autoconsommés (céréales et protéagineux aplatis). L’aliment du commerce acheté — tourteau de colza — est garanti sans OGM.

Globalement, l’autonomie est l’objectif recherché. Cette stratégie est menée à bien grâce aux surfaces en herbe dont une partie (15 ha) est constituée d’une association riche en fabacées (légumineuses) — luzerne, trèfle, dactyle, fléole, fétuque.

L’exploitation du Lycée Agricole héberge depuis le début de l’année les employés d’AgroSup Djion qui travaillent sur le programme d’amélioration génétique de la moutarde condimentaire. L’équipe est composée d’un ingénieur d’études à plein temps, d’un technicien présent de début avril à fin septembre et de 6 saisonniers supplémentaires pour la récolte des pépinières de sélection en août.

Les travaux d’aménagement des locaux (laboratoire et bureau) qui vont accueillir les salariés d’AgroSup démarrent actuellement. Les pépinières de sélection (1,25 ha) ont, quant à elles, été mises en place sur une parcelle de l’exploitation depuis septembre 2015 et la 1ère récolte à Tart-le-Bas s’est terminée fin août.

sans-titre2

La mission de l’équipe dédiée à ce programme et dirigée par Thierry GUINET, est de créer des variétés de moutarde brune condimentaires adaptées au contexte pédoclimatique de la Bourgogne et qui répondent aux exigences qualitatives des industries condimentaires qui utilisent la graine de moutarde pour la fabrication de la moutarde forte de Dijon.

Ce programme a été essentiel pour la relance de la culture de la moutarde en Bourgogne et pour la mise en place de la filière moutarde dans la Région qui compte actuellement 250 agriculteurs producteurs de graines, 5 Organismes Stockeurs (Dijon Céréales, Bourgogne du Sud, Ets Bresson, Soufflet Agriculture et 110 Bourgogne) et 5 industriels fabricants de moutarde (Unilever Amora Maille, Européenne De Condiments, Reine De Dijon, Ets Fallot et Charbonneaux Brabant).

sans-titre3

Les variétés issues de la sélection généalogique réalisée par l’équipe ont permis de faire de la culture de moutarde une culture d’hiver et de produire en Bourgogne, ces dernières années, 8 à 10 000 tonnes de graines de moutarde sur 5 000 ha environs. La production Bourguignonne permet de satisfaire 25 % des besoins des industriels soit une production de 25 à 30 000 tonnes de pâte de moutarde forte de Dijon. Le progrès génétique a surtout concerné l’augmentation des rendements, de la résistance à l’hiver et de la précocité mais également l’augmentation de la taille des graines et de la teneur en sinigrine (piquant de la moutarde). Actuellement, les critères de sélection comportent également la diminution de la teneur en huile, l’augmentation de la teneur en protéines, la diminution de la teneur en acide éruçique ainsi que la résistance à la verse et la tolérance aux maladies des variétés.

sans-titreVente directe de 17h à 18h.

 

Le système de bons de commande fait peau neuve !

Plus besoin de renvoyer les bons papiers, vous pouvez dès à présent réserver vos colis à partir d’un formulaire numérique disponible sur le lien ci-dessous :

 

https://docs.google.com/forms/d/e/1FAIpQLSdqZq5Avi2XA738e5rNJ3nrXHVtQD3s7rsGjvsGm95B9cn7mA/viewform

 

Ferme support de formations

Travaux pratiques :

  • Agronomie et productions végétales
  • Zootechnie, production animale,
  • Aménagement,
  • Agroéquipement.

Travaux dirigés :

  • Analyse des documents techniques et enregistrements,
  • Suivi de culture, tours de plaine,
  • Diagnostic agro-environnemental,
  • Étude de milieu.

sans-titre6

En cours de construction

Inscription

En savoir plus

Journees portes ouvertes

En savoir plus

Contactez-nous

En savoir plus